Ces derniers temps, les forums consacrés au foot s’animent plus autour de débats concernant FIFA. Ce qui est tout à fait compréhensible puisque cela fait tout simplement suite à cet écart presque invisible ressenti entre PES 2017 et FIFA l’année dernière. Toutefois, à l’issue d’une version 2017 presque parfaite, la licence Pro Evolution Soccer affiche une montée en puissance, la présentant désormais comme le meilleur titre du moment, ou pas.

Rien n’a vraiment changé

Du nouveau après un PES 2017 peu riche en contenu ? Pour être franc, j’osais espérer qu’il y en aurait du côté des légions. Mais vous constaterez comme moi dès la première prise en main du jeu que les menus sont toujours aussi abrupts que sur la précédente version, avec peu de changement en vue. Concrètement, vous avez toujours cet ancien menu doté de plusieurs onglets : Accueil, Compétition, Match, Extras et Football Life. Vous serez même aussi déçu que moi de constater que même l’onglet Extras ne vous réserve rien de plus que les différentes options à personnaliser ou la possibilité de visualiser vos ralentis ou de faire des entraînements.

Ou si mais très peu

Dans l’onglet Compétition, vous trouverez tous les modes auxquels la saga vous a habitué avec en prime la possibilité de jouer à d’autres modes comme Ligue Europa et Champion’s League. Il y a aussi un mode AFC Champion’s League où vous retrouverez tous les championnats d’Asie, ainsi que le mode compétition en ligne.

Dans Match, les matchs d’exhibition, l’IA et les jeux en ligne sont toujours d’actualités. Un mode Match aléatoire vient s’ajouter à cette liste pour vous permettre de d’échanger vos joueurs avec la partie adverse, en cours de jeu. Les autres nouveautés concernent les modes PES League et le mode coopération en ligne en 2V2.

Les trois modes connus de Football Life sont toujours au programme : My club, Vers une Légende et Ligue des Masters. Les nouveautés incluent le mode PES League pour la compétition eSport, un système d’enchère revisité et la possibilité de jouer à My Club en coopération.

PES-2018-test

Mais on apprécie quand même

Outre les modes déjà connus de tous sur le précédent opus, PES 2018 embarque toujours la Ligue des Masters. Très similaire au mode carrière de FIFA, celle-ci propose cette année une interface à la verticale, des challenges et des objectifs à atteindre pour le club. Voilà qui va rendre le système de transfert un peu plus réaliste. Du coup, vous allez pouvoir inclure des clauses libératoires sur vos joueurs pour les empêcher de partir sur un coup de tête.

Un autre point que j’apprécie aussi, c’est l’arrivée des tournois de pré-saison qui vous permet enfin de jouer contre de grosses pointures avant de commencer le championnat. A cela s’ajoute quelques détails appréciables comme les divers cinématiques dans les vestiaires ou encore les entrevues avant les matchs.

Enfin, j’apprécie l’effort des développeurs d’avoir rajouter six nouveaux stades à PES 2018. Mais je regrette davantage l’absence des équipes nationales féminines qu’on retrouve pourtant facilement sur FIFA.