Ce jeu d’action et d’aventure sur PS2 et PS3 a laissé ses empreintes dans le paysage du jeu vidéo. Sorti en 2005, ce titre est conçu par Bluepoint Games, SCE Japan Studios. Il est commercialisé par Sony Interactive Entertainment.

Présentation du jeu Shadow of Colossus

Dans ce titre, le joueur sera dans la peau d’un jeune héros appelé Wanda. Il vient de signer un pacte avec Dormin, un être mystérieux qui lui offre en retour de meurtre de 16 colosses la résurrection de sa bien-aimée. Pour ce, il sera accompagné de son fidèle cheval Agro, son seul compagnon durant le périple. Le destrier est capricieux et il lui faut du temps et de patience pour l’apprivoiser. Dans sa mission, le jeune héros aurait ainsi à chercher et à tuer les 16 colosses légendaires qui peuplent ce monde et qui ont un pouvoir mystique pour réveiller le corps et l’âme de la fille qu’il aime. Les bêtes sont d’une proportion colossale et avec ses flèches, son arc, son épée, le jeune héros aurait à les battre un à un dans une arène indiquée par son épée magique.

Critique du jeu Shadow of Colossus

La lutte avec les colosses se succède jusqu’à la fin du jeu. Si les colosses diffèrent les uns aux autres, le scénario souffre d’une structure répétitive. Le titre ne s’autorise ainsi d’aucune folie comparée à Metal Gear S3, un autre opus de cette époque, où on peut installer des explosifs, monter une moto etc. Ici, on localise uniquement le colosse en suivant le rayon de lumière de l’épée. Et pour la battre, il faut chercher un moyen pour escalader la bête et l’assommer sur ses points faibles avec l’épée magique. Et naturellement, on doit éviter la chute de la bête lorsqu’elle se défend. Le système de combat peu diversifié entraîne une implication passive du joueur. En ce qui concerne l’interface, le niveau d’endurance de Wanda est défini par un cercle rose à l’écran. Le héros est forcé d’abandonner le duel démesuré si elle se vide. Mais à part ce point négatif du titre qui ne requiert aucune compétence particulière dans l’accomplissement de la mission, on retient quand même un aspect positif. Il s’agit de sa direction artistique. Shadow of Colossus possède une esthétique visuelle et musicale bien travaillée. Les panoramas sont magnifiques. Le monde immense propose une richesse inattendue au cours de l’exploration visuelle (des temples érigés par ci, des arbres et des sous-bois, des plages silencieuses…). On voit qu’il y a du gros travail fait là-dessus mais cela est fait au détriment du game design. On remarque également une chute de frame rate et quelques saccades au cours du jeu. Certes, l’animation des créatures aussi titanesques est une tâche colossale. On peut quand même féliciter le studio pour son œuvre qui manque seulement de challenge et de jouabilité pour devenir un vrai chef-d’œuvre. Bref, le titre épargne les décors habituels : cités, villages, ennemis, inventaires etc. pour se focaliser sur le duel avec les colosses et son ambiance magique. Le tout accompagné d’un final touchant.

test-Shadow_of_the_Colossus